Aux effarouchés du discours de Macron aux catholiques

En s’adressant à eux, Emmanuel Macron fait exister les catholiques qu’une certaine gauche voudrait voir disparaître du champ social.

LETTRE OUVERTE de René Poujol sur son blog personnel

J’ai découvert, sans réelle surprise, vos réactions outrées au discours prononcé par le Président de la République, ce 9 avril, aux Bernardins, à l’invitation de la Conférence des évêques de France. Pour ma part j’ai aimé le propos d’Emmanuel Macron. Je vous ferai néanmoins cet aveu : en tant que citoyen et catholique j’aurais préféré qu’il s’adresse parfois de manière plus différenciée à la Conférence des évêques de France et aux croyants eux-mêmes. Il sait, parce qu’il en possède la culture, que depuis le Concile Vatican II, l’Eglise se définit comme «peuple de Dieu» et donc que ce terme ne qualifie pas ses seules instances dirigeantes. Distinguer les deux eut permis de mieux signifier une réalité qui, par défaut, se trouve estompée : le pluralisme des opinions au sein même des catholiques de France. C’est pourquoi je parle ici en mon nom personnel.

Lire la suite

Une autre contribution sur ce même sujet pour compléter votre information si vous le souhaitez :

François Vercelletto  Journaliste Ouest-France spécialiste des religions

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

En mémoire de Maurice Bellet

Prêtre et théologien formé à la psychanalyse, Maurice Bellet est mort jeudi 5 avril 2018. Il laisse une œuvre qui aura renouvelé la spiritualité chrétienne. Il était une figure proche, créative, mais aussi critique et exigeante du christianisme contemporain. Auteur d’une trentaine de livres, animateur de nombreux groupes, conférencier infatigable, Maurice Bellet, 94 ans, est décédé jeudi 5 avril d’un AVC, à l’hôpital Sainte-Anne à Paris. Prêtre, philosophe, théologien, poète à ses heures, il fut l’un des premiers à établir un pont entre la psychanalyse et l’Évangile. De cette rencontre, il puisa des mots nouveaux pour dire la foi chrétienne dans un monde sorti du giron de l’Église.

Lire la suite sur le site Garrigues et Sentiers

Nous avions publié dans notre page « Réflexions » une page dont le titre était : Car vous commencerez le respect.    A lire

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pour l’institution dans chaque diocèse d’un « lieu pastoral expérimental »

« La pastorale en terme missionnaire exige d’abandonner le confortable critère pastoral du ‘on a toujours fait ainsi’. J’invite chacun à être audacieux et créatif dans ce devoir de repenser les objectifs, les structures, le style et les méthodes évangélisatrices de leurs propres communautés. »

Pape François, Evangelii gaudium

Voici notre proposition – Les représentants des groupes CCBF du Grand-Ouest réunis à Nantes le samedi 24 mars 2018

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Un nouveau livre à lire : Le christianisme n’existe pas encore – Dominique Collin

Cet essai rappelle que le christianisme est moins une institution historique qu’une révélation qui invite à s’approprier et à répandre la parole de Jésus. 

Détail du livre

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Comment peut-on être catholique aujourd’hui ?

Conférence / Débat de Denis Moreau, Jeudi 17 mai à 18 Heures ,

Salle Sainte Anne.

Maison Diocésaine Saint Clair – 7 Chemin de la Censive du Tertre,

En partenariat avec Librairie Siloë, Les amis de La Vie, CCB44 et CVX.

Accès à l’invitation

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lettre aux baptisé-e-s n°6 – Pour une radicale nouveauté

Chers frères et sœurs,

Jésus a ouvert une nouvelle perspective : l’espace sacré, c’est l’être humain et son avenir. Dans cette intelligence de la foi qui remet en cause une certaine pratique de la religion, la vie ne serait-elle pas à comprendre comme étant, en elle-même, un baptême qui actualise dans notre propre histoire la Pâque du Christ ?

Cette vie (la « vraie » vie, pour être fidèle au grec lorsque l’on évoque la vie dite « éternelle ») est une succession de naissances qui passent par une succession de morts, naissances et morts qui s’inscrivent – et c’est le plus important – dans la dynamique d’une « création », la même que celle de Pâque qui est d’abord « commencement ». Naissance d’un homme nouveau et mort de l’homme ancien. Le baptême renvoie à Pâques comme Pâques renvoie au baptême car, fondamentalement, il s’agit d’un « passage » de la mort à la vie.

Lire cette lettre dans son intégralité

Daniel Duigou curé de Saint Merry à Paris

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire