: « L’épitre aux Hébreux au regard des Évangiles », éditions du Cerf, septembre 2021 – de Martin Pochon

Un livre du Nouveau Testament dont tous les aspects, l’auteur, le genre, la datation, les destinataires, les raisons de la canonicité et même le thème exact, font l’objet d’intenses querelles savantes ?

Tel est le cas de l’épître aux Hébreux, attribuée parfois à saint Paul, qui traite des deux Alliances, de l’espérance dans les persécutions, de Jésus médiateur et qui, pour la première fois dans la littérature chrétienne, recourt à la figure vétérotestamentaire de Melchisédech, prêtre du Dieu très-haut, pour établir l’identité sacerdotale du Christ. Une lettre qui n’en semble pas une, un cours magistral plutôt, et qui peut attester autant de la tradition que de l’innovation la plus hardie pour penser le sens du sacrifice du Christ.

Mais quel est le sens de ce sacrifice ?

C’est cette question que tranche ici, grâce à un travail minutieux et documenté, Martin Pochon. Examinant le texte, sa construction, ses assertions, son vocabulaire, ses figures de style, mais pénétrant aussi dans sa signification profonde, il montre en quoi l’épître aux Hébreux est bien un texte charnière dans la compréhension de la mort du Christ. Il l’est parce qu’il offre une interprétation singulière du pardon des péchés, singulière si on la rapporte à la proposition des évangiles, tout en intégrant la christologie des communautés primitives.

Une enquête passionnante. Une élucidation majeure. Une étude appelée à devenir un classique.

Jésuite, bibliste, formateur au Centre d’études pédagogiques ignatien, Martin Pochon est l’auteur d’ouvrages d’exégèse remarqués dont, entre autres, Les promesses de l’Éden.

Avis sur le livre d’Odette Corbin membre du CA CCB44

Êtes-vous comme moi à vous demander quel lien peut exister entre la messe et le dernier repas de Jésus ?….. À ne pas comprendre le mot de « sacrifice » qui revient sans arrêt dans les prières  concoctées par les liturgistes officiels ?….. à vous dire que jamais vous n’iriez diner chez quelqu’un qui vous offrirait un repas…. aussi peu convivial… ? Alors, le livre de Martin Pochon est pour vous aussi !

Déjà…. peut-être faites-vous partie des personnes qui n’ont que peu d’attirance pour la lettre aux Hébreux qui Jésus compare au  grand prêtre ? ….. Si vous ne l’avez pas lue…. sachez qu’elle a été écrite par un juif converti….  et sans doute ignorant de la résurrection… !

C’est pourtant cette lettre, et en particulier la fête de Yom Kippour (le Grand Pardon) qui a servi au Concile de Trente pour construire le plan de la messe actuelle…. Pas étonnant  qu’on soit toujours à demander pardon et si rarement à se réjouir de l’existence du «  Dieu -Père-Mère) ou encore du Très Bas…qui nous invite à partager sa vie…. !

Vous dire le bonheur que j’ai eu à comprendre enfin….. Pourquoi je ne comprenais rien ! …. Vous devez le sentir à travers ce texte !

Une dernière chose : connaissez-vous Melchisedech ?… !! Il a rencontré Abraham selon le récit de la Bible ;  il était à la fois : roi – prêtre et prophète. Mais prêtre à la manière de Melchisedech, ça n’a rien à voir avec les prêtres descendants de Lévi….. ceux du Temple, à l’époque de Jésus….. et ça pourrait bien vous dire des choses sur «  être prêtre »…surtout en ce moment… !!

Voilà : ce livre est le dernier des plus importants que j’ai lus l’an passé… et que je lis encore en cet an nouveau !!

Ne vous laissez pas impressionner par les 700 pages : le livre se lit comme un roman : très bien écrit…. sauf des redites…qui font qu’on avance vite la lecture dans certains chapitres ! Mais les apports sont si neufs et si nombreux, que la lecture est un bonheur